Accueil Justice Bénin / 16 ème session de formation initiale : Les jeunes avocats...

Bénin / 16 ème session de formation initiale : Les jeunes avocats francophones à l’école des nouvelles thématiques des Droits de l’homme

150
0
PARTAGER

Le Centre internationale en Afrique de formation des avocats francophones(Cifaf) a ouvert ce 21 août 2017 au Chant d’Oiseau de Cotonou, sa 16ème session de formation initiale au profit des jeunes avocats francophones.

« Il ne fait plus aucun doute aujourd’hui que la compétence d’un Avocat et sa capacité à s’imposer au niveau national et international dépendent avant tout de sa formation. Son aptitude à traiter les nouvelles formes de contentieux juridiques dépend de sa curiosité, de sa volonté d’être toujours informé des nouvelles évolutions juridiques. La formation constitue un des éléments de réponse à ce besoin car elle permet à tout avocat de se former aux thématiques nouvelles et spécifiques ». Voilà le sens donné par le directeur du Centre internationale en Afrique de formation des avocats francophones(Cifaf), le Bâtonnier Jacques A Migan, à cette 16ème session de formation initiale au profit des jeunes avocats francophones. En effet, placée sous le parrainage du Professeur Mayatta Ndiaye Mbaye, Directeur général de l’Ecole Régionale Supérieure de la Magistrature (Ersuma) du Bénin, cette session qui se tient au Chant d’Oiseau de Cotonou abrite du 21 août au 15 septembre 2017, participe au renforcement de l’état de droit et à la promotion des Droits de l’homme par la formation des avocats.

La formation est dispensée aux participants par 36 formateurs sélectionnés en fonction de leurs connaissances mais surtout de leur expérience professionnelle exercée dans les centres de formation et dans les rangs des Bâtonniers et avocats membres des barreaux francophones d’Afrique, d’Europe, des Hauts Magistrats, des experts et des universitaires ; elle est à la fois théorique et pratique.

Les modules de la formation théorique sont essentiellement axés sur le droit processuel et portent globalement sur les principes directeurs du procès, les particularités procédurales propres aux voies de recours internes et devant les juridictions communautaires, régionales et internationales. Des conférences sur des thèmes tirés de l’actualité juridique, de la pratique professionnelle ou de l’évolution déontologique viendront diversifier la formation théorique. C’est le cas des conférences portant sur la protection des données à caractère personnel, la négociation raisonnée, le contentieux du droit d’auteur et des droits voisins, les sociétés à régime particulier en droit Ohada, les évolutions déontologiques au regard du règlement de l’Uemoa sur la profession d’avocat, la publicité et le démarchage.

« Notre profession est noble mais elle est très exigeante. Pour l’exercer, il faut faire preuve de solides connaissances, de disponibilité, d’écoute, de réactivité et de rigueur. Ces qualités ne sont pas innées. Elles s’acquièrent lors des études universitaires et se renforcent au cours d’un stage auprès d’un Maître car certaines techniques, certaines pratiques, certains usages ne s’apprennent pas dans les livres.  Aussi, le Cifaf s’est-il fixé comme objectif de vous accompagner tout au long de votre parcours professionnel à travers la formation initiale et la formation continue… » a fait savoir le Directeur du Cifaf.

Hommage au Bâtonnier Jean- Michel Paulus

Cette promotion est dénommée : promotion « Bâtonnier Jean- Michel Paulus », de cet ancien Bâtonnier du Barreau de Colmar et formateur du Cifaf depuis la création du Centre en 2000 ; ce bâtonnier a pris une part active dans la mise en œuvre et le suivi des conventions de jumelage entre le Barreau de Colmar et les Barreaux africains. Ces conventions ont contribué de façon substantielle à l’essor des Barreaux africains. C’est la raison qui justifie le choix du nom de la promotion de cette année.

Marc G.

LAISSER UN COMMENTAIRE