Accueil Enfant Campagne contre le mariage précoce des filles : Angélique Kidjo et 8 artistes...

Campagne contre le mariage précoce des filles : Angélique Kidjo et 8 artistes du Bénin s’engagent aux côtés de l’UNICEF

444
0
PARTAGER

La salle des fêtes de la Blue zone à Cotonou a servi de cadre ce 13 juillet 2017, au lancement du vidéo-clip, en guise d’engagement des artistes à dire non au mariage des enfants, ceci en présence du ministre de l’économie numérique représentant le gouvernement et le représentant résident de l’Unicef au Bénin.

« La politique peut être renforcée par la musique, mais la musique est une puissance qui défie la politique ». Comme cette inspiration de Nelson Mandela, les artistes béninois sont désormais appelés à utiliser cette puissancepour toucher les cœurs afin de faire chuter les statistiques du mariage des filles au Bénin. La cérémonie de lancement du vidéo-clip qui s’est tenue à la Blue zone de Cotonou est initiée par l’Unicef Bénin et vise à faire adhérer le grand nombre des Béninois à cette campagne pour dire ensemble ‘’non au mariage des filles’’.

« En tant qu’artiste, je souhaite apporter ma contribution … pour la lutte contre le mariage des enfants et les autres formes de violences faites sur les enfants. Chaque enfant a le droit d’avoir une existence heureuse » a déclaré l’artiste ambassadrice de bonne volonté de l’Unicef au niveau national, Zeynab Habib. Elle tend la main à tous les autres artistes à s’engager et à rejoindre le mouvement pour « servir l’avenir des enfants, et servir l’avenir du Bénin… »

Il faut reconnaitre avec le représentant résident de l’Unicef au Bénin, CjaudeKamenga, que« Bien que la loi interdise le mariage avant l’âge de de 18 ans, ce phénomène reste trop fréquent dans le pays avec 3 filles sur 10 mariées avant 18 ans ». Il faut donc passer maintenant à l’action : « Quand on marie une fille de moins de 18 ans, c’est donc une affaire de vol, viol, et de violence extrême qui doit-être punie sévèrement »a-t-il insisté. En effet, on vole à la fille son enfance, ses rêves et son avenir ; on la viole car c’est contre sa volonté qu’elle doit avoir des rapports sexuels avec un homme de l’âge de son père ou grand père ; on lui fait subir les violences domestiques… c’est la situation dramatique décrite par la petite Sènami du documentaire projeté à l’écran pour les participants à cette cérémonie, situation subie par de milliers de petites filles béninoises alors que les coupables restent impunis.

La ministre de l’économie numérique, Mme MonrouRafiatou, a fait parler son cœur à l’occasion: « En tant que mère, mon cœur saigne de douleur ; ensemble, nous devons dire non… à ce problème des droits humains. Lors de la célébration de la journée de l’enfant africain le 16 juin 2017, j’ai été particulièrement choquée par l’histoire de la fille du sketch qui nous a été présenté… On ne peut pas rester insensible à cette pratique.  C’est le lieu de saluer avec beaucoup d’affection des artistes présents qui se sont levés pour dire non et barrer la voie à cette pratique».

L’engagement des neuf artistes n’est pas un acte banal, on ne peut rester indifférent sans faire face à une situation aussi terrible sans se révolter. SagbohanDanialou, DibiDobo, Kalamoulaï, Sessimè, Norberka, Don Metok, Olga Vigouroux, Zeynab et Angélique Kidjo sont les neuf artistes ambassadeurs qui ont prêté leur voix à la réalisation du vidéo-clip lancé.

A présent, c’est chacun des Béninois qui est concerné.

 

Marc Gbaguidi

 

LAISSER UN COMMENTAIRE