Accueil Enfant Initiation au Vodoun : Les dignitaires des cultes traditionnels s’engagent à respecter les...

Initiation au Vodoun : Les dignitaires des cultes traditionnels s’engagent à respecter les droits de l’enfant

368
1
PARTAGER

Le Colloque national sur les droits des enfants en initiation aux cultes traditionnels dans les couvents de la religion Vodoun au Bénin s’est tenu le 20 juillet dernier à Allada. A l’occasion, des engagements ont été pris pour faire des couvents d’initiation des enfants au Vodoun, des lieux de protection de leurs droits.

« En tant que gardiens des traditions, nous avons compris que les temps changent et les mentalités aussi, c’est pourquoi nous avons fait notre diagnostic ». Ces propos tenus par Sa majesté le Roi Kponan, directeur de l’Association pour la défense et le renouveau du culte traditionnel (ANDRCT) à l’ouverture du Colloque national sur les droits des enfants en initiation aux cultes traditionnels dans les couvents de la religion Vodoun au Bénin, scellent leur ferme engagement aux côtés de l’UNICEF et du gouvernement à faire des couvents des espaces de garantie de jouissance effective par les enfants en initiation, de leurs droits fondamentaux.

Dans ses propos à l’occasion, le Représentant résident de l’UNICEF au Bénin, Claudes Kamenga a fait observer que « dans la tradition Béninoise, l’enfant est une richesse et une bénédiction. Les expressions de la langue Fon comme « vignon », littéralement l’enfant est bon « viwègni dokoun » qui signifie l’enfant est une richesse » l’expriment parfaitement, a souligné « nos paroles sont importantes aujourd’hui ».

En se réjouissant de cet engagement renouvelé, il a fait observer que « avec ce colloque, nous signifions d’une seule voix à toute la population que la convention relative aux droits de l’enfant est un pont entre les pratiques traditionnelles et les droits humains tels que définis par le droit international ».

Il n’a pas manqué de rappeler, à l’occasion que cette collaboration entre l’UNICEF et les dignitaires est née suite aux résultats d’une étude qui a dénombré 157 couvents vaudou abritant 372 enfants au cours d’une initiation dans cinq communes du département de l’Atlantique. A partir de 2014, le partenariat s’est étendu aux communes de Sô-Ava, de Bohicon et de Za-Kpota où ont été recensés 353 nouveaux couvents avec 1.065 enfants pour une durée d’initiation allant jusqu’à trois ans soit la moitié du cycle de l’éducation primaire.

Or, pour la plupart des enfants, lorsqu’ils sont en cours d’initiation, leur scolarité est interrompue, ils n’ont pas accès à des soins de santé de base notamment la vaccination ou la possibilité de dormir sous moustiquaires, ils sont victimes de nombreuses scarifications.

De ce partenariat qui remonte à 2011, de nombreux progrès sont à noter. Ainsi, la réduction sensible de la durée d’initiation des enfants de trois ans à trois mois, l’internement de enfants au couvent uniquement pendant les vacances permettant ainsi aux enfants de poursuivre leur scolarité, la réduction significative des scarifications, l’amélioration du cadre de vie des enfants au couvent et l’amélioration de l’accès aux soins en sont des illustrations.

« Nous devons œuvrer pour l’épanouissement des enfants, éliminer tout ce qui est négatif dans le vaudou et ne retenir que ce qui est bon », a estimé le roi de Kika, Secrétaire général du Haut conseil des rois du Bénin, Gangoro Suambu.

Le directeur de la famille, de l’enfance et de l’adolescence, Bruno Gbehinto, représentant le ministre du travail, de la fonction publique et des affaires sociales, a rappelé que « rien ne peut se faire sans nos dignitaires » afin que les « couvents soient des lieux de protection des enfants ».

John Vinanwa

1 COMMENTAIRE

LAISSER UN COMMENTAIRE