Accueil Flash Info Nommé Procureur de la République du Tribunal de Cotonou : Le virage de...

Nommé Procureur de la République du Tribunal de Cotonou : Le virage de tous les dangers pour le magistrat Gilbert Togbonou

470
0
PARTAGER

Les jours passent et l’ascension professionnelle du magistrat Ulrich Gilbert Togbonon se poursuit. Ainsi, une année après avoir été promu premier président du Tribunal de Savalou, c’est désormais au poste stratégique de Procureur de la République du Tribunal de première instance de première classe que siège désormais ce magistrat. Nommé lors du Conseil des ministres en sa session du vendredi 13 octobre 2017, cette figure bien connue et appréciée du monde judicaire Béninois bénéficie ainsi de la confiance du Garde des sceaux pour défendre l’intérêt public au sein de cette juridiction. Procédant à son installation officielle dans ses nouvelles charges, le président par intérim du Tribunal de Cotonou, Jacques Houssou n’a pas manqué de féliciter ce brillant magistrat dont le parcours force l’admiration et les valeurs humaines, la sympathie. Intégré dans le corps de la magistrature le 13 avril 2008 et nommé juge au Tribunal de Première Instance de Première Classe de Cotonou, le nouveau Procureur de Cotonou a été pendant longtemps Président de la première chambre civile foncière et domaniale avant d’occuper pendant une année judiciaire le poste de Président du nouveau tribunal de Savalou dans le département des Collines. Il est par ailleurs auteur de nombreux ouvrages sur les questions judiciaires.  Cette nomination, si elle consacre l’efficacité et la confiance envers son bénéficiaire, ne manque pas toutefois de susciter des interrogations voire des craintes au sujet de la carrière de ce magistrat.

Le tournant de tous les dangers pour Ulrich Gilbert Togbonon

Devenir Procureur de la République du plus grand tribunal du Bénin est un rêve pour tout magistrat. Stratégique, il offre à son occupant privilèges et notoriété au sein de l’appareil judiciaire. C’est pourquoi, la nomination du procureur de la République de suscite, à en croire nombre d’observateurs, beaucoup d’attention aussi bien auprès des acteurs judiciaires que des justiciables. Dès lors, la promotion en Conseil des ministres du magistrat Ulrich Gilbert Togbonon n’a pas manqué de favoriser des analyses et surtout des interrogations relatives à la carrière de ce magistrat fortement apprécié. Est-ce le début de la fin pour le juge Togbonon ?, s’est ainsi interrogé un observateur averti du milieu judiciaire. En succédant en effet à Badirou Lawani qui avait été nommé dans la foulé de la rocambolesque affaire de 18 kg de cocaïne retrouvés au port de Cotonou dans un conteneur destiné à la société de l’homme d’affaire Sébastien Ajavon, le nouveau Procureur trouve un parquet en pleine instabilité. Cette situation intimement liée à l’actualité politique avait coûté non seulement son poste à Jonas Gbènamèto mais avait conduit à sa radiation par le Conseil supérieur de la Magistrature. Depuis le départ de ce dernier et la multiplication des affaires devant le Tribunal de Cotonou, les procureurs se succèdent à un rythme effréné avec pour corollaire des conséquences sur l’évolution de leur carrière. Considéré comme l’un des grands espoirs du monde judiciaire pour sa droiture et son attachement aux principes du droit, le procureur Ulrich Togbonon aborde sans nul doute un tournant décisif dans sa carrière. Son talent à faire prévaloir ses principes et surtout sa capacité à faire tourner les choses à son avantage constitueront des avantages dans cette aventure risquée.

 Aclan Omiotan

LAISSER UN COMMENTAIRE