Accueil Actualité Résolution 1325 et connexes du CSNU : Le Repsfeco-Bénin implique les femmes...

Résolution 1325 et connexes du CSNU : Le Repsfeco-Bénin implique les femmes des médias du Bénin dans la vulgarisation

141
0
PARTAGER

L’hôtel KTA de Cotonou a abrité ce mardi 5 septembre 2017, un atelier de renforcement des capacités des membres de la Cellule des Femmes de l’Union des Professionnels des Médias du Bénin (CFU) sur la Résolution 1325 et connexes du CSNU

Cet atelier a été initié par la section béninoise du Réseau Paix et Sécurité des Femmes dans l’espace CEDEAO (REPSFECO Bénin) avec l’appui financier de la Coopération Suisse

La cérémonie d’ouverture des travaux a été présidée par le représentant de la Ministre du Travail, de la Fonction Publique et des affaires sociales, Monsieur Florent MAROYA, en présence de la Représentante du Représentant Résident du PNUD, la représentante de CARE Bénin/Togo qui représentait également la Coopération suisse.

Dans son mot de bienvenue, Mme Blandine SINTONDJI YAYA,  Présidente du REPSFECO Bénin, a fait savoir que la résolution 1325 a été adoptée le 30 Octobre 2000 par le Conseil de Sécurité des Nations Unies (CSNU). Cette Résolution met l’accent sur l’intégration de la notion de genre dans les opérations de maintien et de consolidation de la paix, de même que l’adoption de mesures pour assurer la protection, le respect des droits des femmes, des filles, et la prise en compte des besoins spécifiques de cette cible pendant les conflits.

Elle a également expliqué que les participantes auront droit à un aperçu de la Résolution 2242 qui vient compléter la 1325 sur des questions émergentes tels que l’extrémisme violent et les violences sexistes ; et la  2250 sur les jeunes, la paix et la sécurité. Ces textes ont été adoptés respectivement le 13 octobre 2005  et le 09 Décembre 2015 par le  CSNU

Selon la Présidente de REPSFECO Bénin, le présent atelier est le premier d’une série de trois qui se tiendront également au cours de ce mois de Septembre à Bohicon et Parakou

Elle a souligné pour finir que des contrats seront signés avec des organes de presse dans les douze (12) départements pour la vulgarisation de ces Résolutions

Prenant la parole, la coordonnatrice de la CFU, Mme Pulchérie GBEMENOU a salué l’initiative, remercié le REPSFECO Bénin et la Coopération suisse pour avoir pensé aux femmes des médias qui sont prêtes, non seulement à être de véritables actrices de la paix, mais également  à contribuer à l’atteinte des objectifs du projet en procédant à la vulgarisation de ces textes

Mme Aqueline BEHANZIN DOSSEH, Chargée de Programmes Genre à Care international Bénin-Togo, représentant également la Coopération Suisse à son tour, a félicité d’une part, les membres de la CFU pour leur détermination à prendre part à l’initiative de la section béninoise de REPSFECO et d’autre part, remercié cette dernière qui vise le respect de la justice sociale. Selon elle, les objectifs de REPSFECO cadrent avec ceux du programme « Renforcement des Capacités d’Actions des Femmes (RECAFEM-Phase 4) de la Coopération suisse, mis en œuvre par l’organisation qu’elle représente.

Soulignons que CARE Bénin /Togo assure le suivi de l’exécution des activités du projet de formation des membres du CFU sur la Résolution 1325 et connexes du CSNU

La représentante du PNUD, Mme Joséphine KANAKIN, chargée de Programme genre, droits humains et VIH au sein de cette institution, a précisé que sa structure est toujours présente dans les actions de préservation de la paix et de la sécurité, source de tout développement. « La résolution 1325 est l’outil indiqué que toute femme doit utiliser pour réclamer ses droits » a-t-elle insisté.

Dans son mot de lancement de l’atelier, le représentant de la Ministre du Travail, de la Fonction Publique et des Affaires Sociales, Monsieur Florent MAROYA, a fait savoir qu’un nombre important d’instruments juridiques a été ratifié.  Malgré cela « les questions émergentes ont donné naissance à la résolution 1325 sur la paix et la sécurité adoptée par le CSNU ». Cette Résolution, selon lui, repose sur les quatre (4) piliers que sont la participation, la protection, la prévention, la poursuite et le secours. Elle souligne l’importance de la pleine participation des femmes dans les efforts de maintien de la paix. La 1325  appelle toutes les parties à promouvoir la prise en compte du genre dans tous les processus de paix. Il a invité la trentaine de participantes à se concentrer sur les communications qui seront données sur les résolutions 1325, 2242, 2250. « Les contrats qui seront signés avec les organes permettront de vulgariser le contenu de ces résolutions et accompagner le REPSFECO dans sa mission » a-t-il annoncé avant d’adresser sa reconnaissance aux partenaires et procéder au lancement officiel des travaux.

Que dire du Réseau Paix et Sécurité des Femmes de l’Espace CEDEAO (REPSFECO) ?

La première communication qui a porté sur la présentation du REPSFECO, a été faite par Mme Blandine SINTONDJI YAYA, présidente de la section béninoise de ce Réseau sous-régional.  Le REPSFECO en effet, a vu le jour le 28 juillet 2009 à Abidjan en Côte d’Ivoire sur initiative du Centre de la CEDEAO du Développement du Genre (CCDG). Il a pour objectif « d’optimiser et coordonner les rôles et initiatives des femmes dans la prévention des conflits, le maintien de la paix et de la sécurité, les opérations de reconstruction post-conflits et la promotion des droits humains en particulier, ceux des femmes et autres groupes vulnérables ».

Il est à noter également que depuis le 05 avril 2017, la nouvelle équipe dirigeante de REPSFECO Régional (espace CDEAO) est présidée par Mme DIAGO DIAGNE N’DIAYE du Sénégal. Le poste de Secrétariat Général Adjoint est assuré par Mme Blandine YAYA SINTONDJI, présidente de REPSFECO Bénin qui a vu le jour le 16 Mai 2014.

LAISSER UN COMMENTAIRE